Le gouvernement colombien refuse le cessez-le-feu proposé par l’ELN

Selon l'ELN, "si ce cessez-le-feu bilatéral est accepté, il créera un climat de détente humanitaire favorable à la reprise du dialogue de paix", ajoute le communiqué officiel. | Photo : Colprensa

Dans une déclaration, l’insurrection a demandé à l’exécutif d’accepter un cesser le feu en plein milieu de la pandémie.

Le gouvernement colombien a rejeté ce mercredi la demande de l’insurrection de l’Armée de libération nationale (ELN) pour un cessez-le-feu bilatéral de 90 jours, en correspondance avec la résolution du Conseil de sécurité des Nations unies pour la cessation des affrontements militaires dans le monde en raison de la pandémie de Covid-19.

L’ELN a publié une déclaration officielle, exposant sa demande “en tenant compte de la résolution 2532 du Conseil de sécurité de l’ONU”, qui appelait à un cessez-le-feu mondial pour aider à combattre le Covid-19 dans les pays les plus vulnérables.

“Nous proposons au président Ivan Duque d’accepter un cessez-le-feu bilatéral de 90 jours. Notre délégation de dialogue à La Havane est habilitée à traiter tous les détails opérationnels”, indique la déclaration.

Malgré la position de l’ELN de cesser les affrontements guerriers, le président Ivan Duque a rejeté la demande, “notre gouvernement ne manquera jamais de se conformer à l’obligation constitutionnelle de lutter contre la criminalité sur l’ensemble du territoire”, a-t-il ajouté.

Après la déclaration du chef d’Etat, l’analyste et intellectuel colombien Álvaro Villarraga a qualifié la position du gouvernement de négative, la considérant comme incompatible avec les besoins humanitaires, car elle permettait à la violence de s’accroître dans la nation.

“L’ELN a raison de préparer un cessez-le-feu bilatéral, le gouvernement a tort de refuser cette option, qui prolonge la violence et les hostilités et est incompatible avec les besoins humanitaires et la pandémie elle-même”, a déclaré M. Villarraga.

Gustavo Petro @petrogustavo
“En pleine pandémie, ce qu’ils veulent c’est une guerre et plus de guerre, une ville emmenée à l’abattoir”

RT en Español @ActualidadRT
Le président colombien, Iván Duque, a refusé la proposition de “cessez-le-feu bilatéral pendant 90 jours” de l’Armée de Libération Nationale”.

Dans son document, l’insurrection de l’ELN a rappelé qu’en avril dernier, elle avait unilatéralement suspendu ses actes de guerre en raison de l’apparition du coronavirus ; le gouvernement Duque lui avait alors demandé de le faire de manière permanente. Toutefois, aucune des parties n’a trouvé d’équilibre dans la situation.

Selon l’ELN, “si ce cessez-le-feu bilatéral est accepté, il créerait un climat de détente humanitaire favorable à la reprise du dialogue de paix”, ajoute le communiqué officiel.

Source : TeleSur
Traduction : Fal33