Exactement 18 ans après le coup d’État américain contre le Venezuela, Pompeo et Abrams avertissent qu’un autre coup d’État est à venir

Source : Réseau International

Mike Pompeo et Elliot Abrams ont mis en garde le gouvernement vénézuélien contre la mise en place prochaine d’un « gouvernement de transition ».

À l’occasion du dix-huitième anniversaire du coup d’État soutenu par les États-Unis contre le gouvernement du Venezuela, de hauts responsables politiques américains ont annoncé que le peuple devait se préparer à une nouvelle poussée imminente.

« L’objectif est de remplacer la dictature illégitime du Président Nicolas Maduro par un gouvernement de transition légitime qui puisse organiser des élections libres et équitables pour représenter tous les Vénézuéliens. Il est temps pour Maduro de partir », a annoncé le Secrétaire d’État Mike Pompeo.

Samedi 11, exactement 18 ans après que les États-Unis aient soutenu un coup d’État brièvement réussi contre Hugo Chavez, l’envoyé américain pour le Venezuela et spécialiste des coups d’État Elliott Abrams a averti que si Maduro résistait à la mise en place dudit « gouvernement de transition », son départ serait bien plus « dangereux et abrupt », le menaçant en fait d’une nouvelle tentative d’assassinat, comme celle que les États-Unis ont tacitement soutenue en 2018.

Les États-Unis ont récemment renforcé leurs sanctions contre le Venezuela et envoyé des navires de guerre dans la région pour imposer un blocus.

L’expression « gouvernement de transition » a été utilisée très récemment ; la Maison Blanche décrivant l’administration Añez de la Bolivie comme telle. Añez est arrivé au pouvoir en novembre grâce à un coup d’État soutenu par les États-Unis contre le Président Evo Morales. Ce « gouvernement de transition » a depuis massacré les manifestants, retiré la Bolivie de plusieurs traités internationaux et suspendu indéfiniment les élections. Il n’est donc pas surprenant que Maduro ait rejeté le même sort que son allié, Morales.

« Nous nous occuperons nous-mêmes du Venezuela », a-t-il répondu, « M. Abrams, calmez vos avions ».

Camila@camilateleSUR

Vidéo intégrée

13 avril 2002 : Nicolás Maduro Moros se tient dans la rue au milieu des Vénézuéliens pour réclamer la liberté du commandant Hugo Chávez.

Maduro connaît bien l’histoire des coups d’État américains dans son pays, puisqu’il a participé à une contre-manifestation qui a réussi à renverser le putsch d’avril 2002. Des documents obtenus en vertu de la loi sur la liberté de l’information montrent que les putschistes de l’époque ont fait plusieurs allers-retours à Washington D.C. dans les mois précédant l’événement, où ils ont reçu des conseils et une formation de la part de responsables américains. Le financement du NED et de l’USAID pour les groupes qui l’ont mené a quadruplé en 2002, puis à nouveau en 2003. Le gouvernement américain savait incontestablement, au moins au 6 avril, qu’un coup d’État mené par ceux qu’ils finançaient et formaient était sur le point de se produire. Mais au lieu d’alerter le gouvernement, ils ont immédiatement avalisé les événements, affirmant à tort que le Président Chavez avait massacré son propre peuple, puis avait démissionné.

Depuis lors, Washington n’a jamais cessé de tenter d’écarter le Parti Socialiste Unifié du pouvoir, refusant d’accepter la validité des élections présidentielles largement saluées de 2013 et 2018, et finançant pratiquement tout le spectre de l’opposition intérieure pendant deux décennies. Un certain nombre d’autres tentatives de coup d’État moins réussies ont également reçu l’approbation au moins tacite des Américains, notamment les vagues de violence terroriste de 2014 et 2017, l’assassinat raté de Maduro en 2018 et quatre tentatives de coup d’État distinctes l’année dernière par le Président autoproclamé Juan Guaidó.

L’administration Trump a également renforcé les sanctions d’Obama contre le pays, entraînant plus de 100 000 morts, selon un rapporteur spécial américain des Nations Unies qui s’est rendu dans le pays, les décrivant comme une sorte de siège médiéval et déclarant Trump coupable de crimes contre l’humanité.

L’œuvre de toute une vie de Abrams a été d’utiliser le pouvoir du gouvernement américain – ouvertement et secrètement – pour renverser des États souverains par des coups d’État, des sanctions et des génocides. Dès son premier jour en tant que Secrétaire d’État adjoint aux droits de l’homme et aux affaires humanitaires sous Ronald Reagan en 1981, il est passé à l’action, couvrant le désormais tristement célèbre massacre d’El Mozote au Salvador, mené par un escadron de la mort créé, armé et entraîné par Washington. Depuis lors, il a été l’architecte de « guerres sales », de génocides et de changements de régime au Guatemala, au Nicaragua, en Colombie et au Panama, entre autres. Comme l’a écrit Jon Swartz de The Intercept :

« Le choix de Abrams envoie un message clair au Venezuela et au monde entier : L’administration Trump a l’intention de brutaliser le Venezuela, tout en produisant un courant de rhétorique sur l’amour de l’Amérique pour la démocratie et les droits de l’homme ».

Lorsque le député Ilhan Omar a évoqué une partie de cette histoire lors d’une commission des relations étrangères de la Chambre des représentants en 2019, l’année dernière, il est apparu indigné, presque au-delà des mots.

Malgré les sanctions, le gouvernement vénézuélien a en fait prouvé qu’il était bien plus capable de gérer la pandémie de coronavirus que l’administration Trump. Avant même que des cas ne soient confirmés, Maduro a déclaré une urgence sanitaire, annulant les vols étrangers et interdisant les foules. Le jour du premier cas, les écoles, les théâtres et les restaurants ont été fermés, et le port d’un masque en public est devenu obligatoire. Le gouvernement a créé une base de données nationale en ligne et un site web où les citoyens malades peuvent informer les autorités de leur état. Plus de 20 000 personnes inscrites ont immédiatement reçu la visite de médecins à leur domicile. Le pays n’a signalé que 181 infections et 9 décès.

Si les dernières remarques de Pompeo et Abrams constituent une grave menace pour la souveraineté du Venezuela, elles ne sont pas nouvelles, mais les Vénézuéliens entendent des proclamations similaires depuis près de deux décennies. Il reste à voir s’ils réussiront là où les administrations précédentes ont échoué avant eux.

par Alan Macleod.

source : https://www.mintpressnews.com

traduit par Réseau International