Le MAS dénonce la proscription de ses candidats en Bolivie

Según sondeos de este 16 de febrero, Luis Arce sería el favorito para ganar la presidencia de Bolivia | Foto: EFE

Le Mouvement Vers le Socialisme (MAS) s’est déclaré en « état d’urgence permanent » après que les autorités électorales aient laissé en suspens plusieurs candidatures de membres de ce parti parmi lesquelles celle de son candidat à la Présidence, Luis Arce.

Selon un communiqué de l’organisation politique, cette mesure de suspension touche entre autres, candidat à la Présidence, Luis Arce et l’ex-président Evo Morales, candidat au Sénat pour Cochabamba, ainsi que Diego Pary, le candidat au Sénat pour Potosí

« Il n’y a pas de raisons techniques ni juridiques pour les marginaliser de la carrière électorale (…) Seules des raisons politiques ont prévalu, » affirme le MAS sur Twitter.

Freddy Morales
@FreddyteleSUR – Le Tribunal Suprême Electoral maintient la suspension de la candidature au Sénat d’Evo Morales, l’un de la liste des 13. Sur les 13 qui sont en attente et risquent de ne pas être acceptés, 11 sont du MAS, même son candidat à la Présidence, Luis Arce.

« Nous exprimons notre inquiétude pour cette tentative politique de secteurs incrustés dans l’Organe Electoral qui cherchent à éliminer nos candidats à cause d’intérêts mesquins antidémocratiques, » a-t-il ajouté.

Pour sa part, le chef du groupe du MAS au Sénat de la Bolivie, Efraín Chambi, a déclaré aujourd’hui à Prensa Latina : « Refuser notre candidat serait vraiment très délicat je demande à l’Organe Electoral de ne pas s’aventurer sur des sujets si sensibles parce que notre binôme Luis et David (Choquehuanca) remplit toutes les conditions et devrait être accepté sans aucune difficulté. »

Le délégué du MAS devant le Tribunal Suprême Electoral (TSE), Melvin Siñani, a expliqué que pour différentes raisons, 8 demandes de refus pèsent sur Morales, de son lieu de résidence jusqu’au non respect de certaines conditions. 3 pèsent sur le candidat Luis Arce.

Selon le dernier rapport du TSE, 11 demandas de refus pèsent sur les candidats du MAS. Le calendrier électoral dit que les porte-parole doivent faire connaître leur décision les 72 heures et qu’elle sera sans appel.

Auteur : rédaction TeleSur
Traduction : Françoise Lopez pour Bolivar Infos
Source : Bolivar Infos
Source en espagnol : TeleSur