Amérique Latine : Le contrôles des États-Unis sur les dictatures

Photo : Reuters

Des médias étasuniens révèlent le contrôle des Etats-Unis sur les dictatures latino-américaines.

Les communications diplomatiques et militaires de nombreux pays latino-américains ont été contrôlées activement par le renseignement des Etats-Unis (USA) pendant des décennies grâce à des machines de chiffrement fournies par la compagnie suisse Crypto AG, une entreprise appartenant secrètement à l’Agence Centrale de Renseignement des Etats-Unis (CIA) et à l’agence de renseignement allemande BND.

Les Gouvernements dictatoriaux d’Amérique Latine ont acquis les machines de Crypto AG pendant la seconde moitié du siècle dernier pour appliquer le Plan Cóndor, un système qui s’est caractérisé par l’extermination et les disparitions forcées des opposants politiques de gauche sur tout le continent.

En novembre 1975, à Santiago du Chili, lors de la réunion inaugurale de cette opération sous les auspices du régime d’Augusto Pinochet, les responsables militaires de 5 dictatures du continent ont signé un accord pour employer un système chiffré.

Initialement, ils ont acheté des Crypto CX-52, mais en 1977, ils ont décidé de prendre les Crypto H-4605 sans savoir que ces dispositifs étaient manipulés et que les Etats-Unis les utilisaient pour espionner les communications.

Selon les médias étasuniens, les documents montrent que les fonctionnaires de la CIA étaient alarmés par les abus contre les Droits de l’Homme mais les archives ne révèlent aucun effort important des agences d’espionnage ou des hauts fonctionnaires pour les arrêter.

Dans le Plan Cóndor étaient impliqués des pays comme le Chili, le Paraguay, la Bolivie, le Brésil, l’Uruguay et l’Argentine mais Crypto AG a aussi vendu des machines manipulées à plus de 100 pays parmi lesquels l’Iran, l’Égypte, le Pakistan, l’Arabie Saoudite, l’Italie, le Mexique, le Pérou, la Colombie, le Venezuela et le Nicaragua.

En tenant compte des pays qui ont acheté les machines de Crypto AG et des dates auxquelles elles ont été utilisées, le renseignement des Etats-Unis a eu connaissance, immédiatement, des massacres en Indonésie, des abus de « l’apartheid » en Afrique du Sud, du coup d’Etat militaire de 1973 au Chili et de 1976 en Argentine ainsi que de l’assassinat de l’ex-chancelier chilien Orlando Letelier à Washington en 1976, de la crise des otages en Iran en 1979, de la révolution sandiniste au Nicaragua, de la guerre des Malouines, un cas dans lequel le Gouvernement de Ronald Reagan a reis des données au Royaume Uni.

Mais l’enquête révèle que les principaux adversaires de Washington, l’ex Union Soviétique (URSS) et la Chine n’ont jamais été des clients Crypto AG parce qu’ils avaient des soupçons.

La compagnie Crypto AG a été liquidée en 2018 et 2 firmes : CyOne Security, qui vend des systèmes de sécurité au Gouvernement suisse et Crypto International ont acquis ses actifs. Bien que les nouveaux patrons affirment qu’ils n’ont aucun lien avec les services de renseignement, CyOne a gardé le directeur exécutif de Crypto AG pendant ces 20 dernières années.

En avril de l’année dernière, des Etats-Unis à l’Argentine, des documents déclassifiés ont révélé le terrorisme d’Etat des dictatures et la façon dont le Plan Cóndor a été mis en œuvre, ce qui démontre leur connaissance de l’opération.

Traduction : Françoise Lopez pour Bolivar Infos

Source en espagnol :

https://www.telesurtv.net/news/eeuu-revelan-monitoreo-dictaduras-america-latina-20200217-0053.html