Evo Morales s´attend à des actions de la part des États-Unis à son encontre

Le président de la Bolivie, Evo Morales, a assuré à la presse avoir connaissance des actions à son encontre que prépare l´ambassade des États-Unis dans ce pays, et ce dans le cadre des élections générales du 20 octobre prochain.

“Je sais que l´ambassade des États-Unis est en train de préparer (une action), nous en sommes convaincus”, a-t-il affirmé lors d´un entretien dans le programme de radio La Pizarra.

Morales a rappelé que lors de la tenue du référendum constitutionnel de 2016, du personnel de cette mission diplomatique avait préparé, conjointement à des journalistes, une campagne de discrédit et de diffamation à son contre dans le but de dévier l´attention alors portée sur les réussites des 10 ans de gestion du pays.

Quelques semaines avant la tenue du référendum, le présentateur de télévision Carlos Valverde avait dénoncé dans son programme Todo por Hoy un prétendu trafic d´influences du mandataire avec Gabriela Zapata, ancienne directrice de l´entreprise chinoise CAMC, ainsi que la naissance d´un enfant, fruit de cette relation.

Plusieurs mois plus tard, et à la suite d´une enquête, il a été prouvé que cet enfant n´a jamais existé. Tout comme le rapport final de la Commission Mixte Spéciale de l´Assemblée Législative Plurinationale a conclu dans son enquête qu´il n´existait aune preuve ni indice de lien du président avec le supposé trafic d´influences ou tout type de favoritisme à l´entreprise chinoise.

Il a également été rendu public que Valverde s´était réuni avec du personnel de l´ambassade des États-Unis dans un hôtel de Santa Cruz.

“C´est ainsi, c´est la stratégie de l´impérialisme, du capitalisme, ils ne disent jamais la vérité; ils montent des réseaux et des médias de communication au service de petits groupes, et non au service des peuples du monde”, a estimé Morales.

Auteurs : Rédaction prensa latina

Source : Prensa Latina