Venezuela : L’Opération Liberté organisée par Guaidó a été conçue aux Etats-Unis

| Foto: Misión Verdad

Le député de l’Assemblée Nationale du Venezuela dans l’illégalité, Juan Guaidó, qui s’est autoproclamé « président par interim » du pays, a annoncé récemment les « actions tactiques » qui doivent être réalisées par ses partisans dans le cadre de l’Opération Liberté, un soi-disant effort de la base pour renverser le président constitutionnel du Venezuela, Nicolás Maduro, avec l’assentiment du Gouvernement des Etats-Unis.

Guaidó a déclaré que cette opération aurait à sa tête les « Comités de Liberté et d’Aide » qui, à leur tour, créeront des « cellules de liberté » dans tout le pays qui s’activeront et précèderont le début des protestations locales à grande échelle.

Ce plan serait soutenu par le Liberté, selon ce qu’a révélé un document publié en février par l’Agence des Etats-Unis pour le Développement International (USAID) qui précisait que seraient créés des réseaux de petites équipes qui fonctionneraient de la même façon que ce que décrit Guaidó dans son plan pour l’Opération Liberté.

Clefs de l’opération

-Equipes du RED : Selon le rapport de l’USAID, ce plan prévoirait la création d’Equipes de Développement et d’Expédition Rapide (RED) qui « se déploieront comme des équipes de 2 personnes qui seront assignées à des partenaires « non traditionnels » de l’USAID qui exécuteront une combinaison d’opérations offensives et défensives et de stabilité dans des conditions extrêmes. »

Ces partenaires « non traditionnels » sont les Forces Spéciales des Etats-Unis (SF) et la CIA, qui serviront de catalyseurs pour provoquer des ravages dans le pays.

-Le soutien du Brésil: Avec l’arrivée au pouvoir de Jair Bolsonaro en janvier, un rapprochement s’est produite entre le Brésil et Washington.

De sorte que le Gouvernement brésilien s’est allié aux intérêts de la droite vénézuélienne et a mis en évidence son soutien aux actions interventionnistes des Etats-Unis bien qu’il ait refusé que les équipes du RED fonctionnent sur le territoire brésilien. Des personnalités de poids comme le fils du président ont manifesté leur soutien à « l’usage de la force au Venezuela. »

-Frontier Design Group (FDG): FDG est une entreprise sous-traitante de la sécurité nationale des Etats-Unis qui affirme que sa mission est de se concentrer « sur les problèmes pervers et, souvent superposés de fragilité, d’extrémisme violent, de terrorisme, de guerre civile et d’insurrection. »

FDG a été « la seule sous-traitante » employée par l’USAID pour créer « une nouvelle doctrine de contre-insurrection pour le Gouvernement Trump » et le fruit de cet effort est le document des « Equipes du RED » que nous venons de décrire.

-Envoi de l’USAID : Alexa Courtney, fondatrice de FDG et ex-officier de liaison entre l’USAID et le Département de la Défense, a déclaré que le contenu de ce rapport avait été « reçu très favorablement » par « de très hauts et influents » fonctionnaires du Gouvernement, anciens et actuels, qu’elle avait rencontrés pendant l’élaboration du document.

Des sources proches de l’organisation sont conscientes qu’étant donné que les alliés des Etats-Unis rejettent l’intervention militaire au Venezuela, l’option la plus viable pour le Gouvernement de Donald Trump serait la mise en œuvre de cette opération.

Auteur : Rédaction TeleSur
Traduction : Françoise Lopez pour Bolivar Infos
Source : Bolivar infos

Source Espagnol : Tele Sur

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*